Guide du bon parieur – Football

Il y a les têtes brûlées qui y vont têtes baissées (oui, brûlées ET baissées), à l’instinct. Et il y a ceux qui privilégient quelques analyses en amont de leurs paris. Si les premiers sont capables de coups d’éclat, leur stratégie payera plus que difficilement sur le long terme, quand les seconds mettent un maximum de chances de leur côté en affinant leur manière de jouer. Nous nous adressons donc ici plutôt à ces seconds, plus réfléchis, ou à ces premiers qui souhaiteraient le devenir davantage !

Se spécialiser dans certains championnats

Parier sur l’ensemble des matchs qui vous tombent sous la main en fonction du calendrier peut vite montrer ses limites. Même si vous êtes un fan invétéré de football et regardez deux matchs par jour, vous ne pourrez jamais suivre en profondeur tous les championnats et compétitions ne serait-ce que sur le continent européen. Prenez donc un, deux voire maximum trois championnats de prédilection que vous suivrez avec un intérêt tout particulier. A force, votre connaissance accrue vous permettra non seulement d’affiner vos paris mais aussi de gagner un temps précieux dans les analyses pré-match.

Se méfier des statistiques

Un match de football est entouré d’une kyrielle de statistiques plus ou moins pertinentes. Il y en a qui recèlent assurément de précieux enseignements, comme la série en cours ou la capacité à ne pas perdre à domicile, et d’autres, nettement moins influentes sur le cours d’un match mais pourtant ressassées par les journalistes pour ajouter de l’enjeu, comme peuvent l’être l’historique des confrontations passées, parfois à plusieurs saisons d’intervalle. Faîtes donc le tri et ne vous focalisez que sur celles vous semblant pouvoir avoir une incidence directe sur le destin de la rencontre.

Prendre en compte la compétition

Pour une même opposition entre deux même équipes, le type de compétition dans laquelle se déroule le match peut considérablement changer la donne. Certains types de match sont beaucoup plus propices aux surprises. Ainsi, les matchs amicaux ou autres matchs sans enjeu (ex : match retour de Ligue des Champions où les jeux sont déjà faits) où les effectifs sont largement remaniés, peuvent très souvent voir les favoris être malmenés. Il en est de même pour les matchs de coupes à élimination direct où il est fréquent de voir les outsiders se surpasser et créer la surprise. Combien avons-nous d’affiches de finale de coupe saugrenues ? En revanche, lors des matchs classiques de championnat, en moyenne, les surprises se font un peu plus rares.

Vérifier l’effectif disponible

Dernier point de cette liste non exhaustive, l’un des plus déterminants : l’observation de l’effectif disponible d’une équipe avant le match. Souvent peu pris en compte par les bookmakers, leur incidence est pourtant de taille. La présence ou non de certains joueurs clefs bouleversent parfois radicalement les équilibres des équipes. La blessure d’un serial buteur ou la suspension d’un taulier en défense ou à la récupération sont des indicateurs à considérer avec la plus haute importance.