Comment bien gérer votre budget ?

Certains néophytes (dont vous faîtes peut être parti et il n’y aucun mal à ça !) pensent peut-être que ce qui distingue les parieurs sportifs qui gagnent de l’argent, de ceux qui en perdent, réside seulement dans un alliage de connaissances et de chance. Non, définitivement non. Si ces facteurs sont essentiels, un autre, moins évident de prime abord, l’est tout autant : la gestion de son capital.

Quelles mises parier ?

Il y a une part de son capital à ne jamais dépasser lorsque l’on se lance dans les paris, et cela est valable pour un capital de 500 euros comme pour un capital de 20 euros. Les plus frileux vont jusqu’à fixer cette barre à 5% quand les plus audacieux la voient plus aux alentours de 20%. La part idoine ce situe certainement entre ces deux.

A 5%, on se prémunie en effet de toute banqueroute mais les gains potentiels sont rarement encourageants (à moins de se lancer dans des paris très risqués, mais là, du coup, les chances de victoires s’avèrent minimes), de plus le risque de se lasser de la multiplication de si petits paris risques d’altérer votre plaisir.

A 20% en contrepartie, vous risquez d’entamer considérablement votre capital en cas de défaite et n’aurez, à ce rythme, que peu de chances de pouvoir digérer quelques échecs consécutifs.

Tabler sur une barre symbolique aux alentours de 10 %, parait donc constituer un bon compromis.

Adapter sa mise en fonction du pari

Au-delà de votre capital, il vous faut aussi réguler le taux de votre mise en fonction du pari et de la confiance que vous lui accordez. L’obectif étant bien sûr de minimiser les pertes sur un pari très risqué et de les maximiser pour les plus abordables.

Un astuce fréquemment utilisée et facile d’approche consiste à évaluer chacun de ses paris en le notant sur 10. Plus votre note se rapproche de 10, plus vous estimez que votre pari a de grandes chances d’aboutir. A partir de ce chiffre obtenu en fonction de votre analyse (mais aussi de votre feeling, cela va de soi !), déclinez-le en pourcentage et vous obtiendrez la part de votre capital à miser pour ce pari.

Exemple :
Vous avez un capital de 80 euros. Vous souhaitez vous lancer dans un pari concernant un match entre la France et le Portugal en misant sur la France. Vous estimez que la France est supérieure sur le papier mais vous avez le douloureux souvenir d’une finale d’un Euro et vous vous dîtes que ce n’est donc pas gagné d’avance. Vous optez alors pour la raisonnable mais néanmoins optimiste note de 7 pour votre pari. Il faut alors calculer 7% de 80, soit 5,6 euros.

Arrondissez à 6 si vous le souhaitez, mais si vous tenez à la pérennité de votre aventure de betting en ligne, 6 euros apparaît alors comme une barrière à ne pas franchir pour ce pari !

Pour ceux qui pensent que tous ces calculs relèvent de la perte de temps (et ils ont tort !), tâchez au moins de respecter la plus élémentaire des règles en matière de paris sportifs : ne misez pas tout votre capital d’un coup, sur un seul pari !