Le mythique Stade de France

Le mythique Stade de France fut inauguré an Janvier 1998, quelques mois avant la Coupe du Monde, épreuve reine du football pour laquelle fut érigée cette enceinte, la plus grande de France, avec une capacité de 80 000 spectateurs.

Longtemps baptisé « Grand Stade » alors qu’il n’était qu’au stade de projet, un jury réuni à l’initiative du Ministre des Sports plancha sur un son nom définitif dès 1995. Alors que le nom de Michel Platini revenait avec insistance, c’est finalement une proposition de Francis Huster qui fera l’unanimité, résumée par la formule suivante de Guy Drut, Ministre des Sports de l’époque :

« le stade que la France entière attendait depuis si longtemps… s’appellera tout simplement Stade de France ».

Pensé avec un toit en ellipse pour protéger les spectateurs sans couvrir le terrain, le stade dispose également d’une tribune rétractable pour permettre la mise en place d’une piste d’athlétisme. Le « Stade de France » est effectivement une enceinte multisport, qui au-delà d’avoir marqué les mémoires durant la Coupe du Monde 1998, a aussi accueilli un grand nombre d’évènements sportifs, que ce soit d’athlétisme donc, mais aussi en rugby, avec notamment la finale de la Coupe de Monde 2007, ou encore en sports mécaniques.

Il fut l’arène privilégiée des Bleus durant leur épopée jusqu’au sacre suprême en 1998, en accueillant pas moins de quatre matchs des hommes d’Aimé Jacquet : le match de poules face à l’Arabie Saoudite, le quart de finale face à l’Italie, la demi-finale contre la Croatie avec l‘extraordinaire doublé de Lilian Thuram, et bien sûr la grande finale, avec ce 3 à 0 face aux Brésiliens.

D’autres grands moments du football mondial s’y sont déroulés, avec notamment deux finales de Ligue des Champions, l’une remportée par le Real Madrid en 2000 face à Valence, 3-0, et une seconde voyant Lionel Messi soulever sa première « coupe aux grades oreilles » avec Barcelone face au Arsenal de Thierry Henry.

Le « Stade de France » recevra sept rencontres de cet Euro, quatre rencontres de la phase de groupe, un huitième de finale, un quart de finale et bien évidemment la finale !

France / Roumanie le 10/16

match d’ouverture pour les Bleus dans un stade qui lui a tant porté chance par le passé. La rencontre fut aussi disputée que cadenassée face aux solides Roumains et l’on redouta longtemps qu’elle accouche d’un bien triste 0-0. C’était sans compter sur le génie de Dimitri Payet qui expédiait une frappe sublime du gauche, en pleine lucarne, dans les tout derniers instants.

République d’Irlande / Suède le 13/06

Le quartier de Saint-Denis put profiter ce soir-là de la ferveur irlandaise et des innombrables chants de leurs supporters qui ne suffirent pourtant pas à guider les leurs vers la victoire. Match nul 1 but partout.

Allemagne / Pologne le 16/06

Match au sommet du groupe C qui débouche pourtant sur un triste 0-0. Qu’importe, les deux équipes filent en huitièmes.

Islande / Autriche le 22/06

Victoire inattendue de l’Islande, petit poucet de la compétition et véritable belle surprise de cette phase de groupe. Les Nordiques accèdent ainsi au tour suivant.

Italie / Espagne le 27/06

Duel au sommet dans la plus grande enceinte française entre ces deux grands nations du football européen. Les Italiens s’imposent 2 à 0 face aux double-tenants du titre espagnols.

France / Islande le 03/07

Festival offensif au Stade France ! Après une succession de victoires étriquées, les Bleus montent en puissance et viennent à bout des vaillants Islandais sur le score-fleuve de 5 à 2.

La finale le 10/07

Toute l’Europe du foot et même au-delà aura les yeux rivés sur l’arène de Saint-Denis en ce jour. Il n’y a plus qu’à espérer qu’on y verra les joueurs de Didier Deschamps soulever le trophée !

Photo by Liondartois (Own work) [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons