Eliaquim Mangala

Son profil

Possédant un physique impressionnant, Eliaquim Mangala est avant tout un défenseur athlétique, puissant et âpre dans les duels. Son gabarit, son timing et son excellent jeu de tête, en font également un atout précieux dans le domaine aérien, que ce soit pour les duels défensifs ou pour les phases de coup de pied arrêtés offensifs.

Son parcours

Né en France, à Colombes, Eliaquim part très jeune en Belgique, en compagnie de ses parents d’origine congolaise. Il effectue ses premières gammes dans divers petits clubs de la région de Namur, à l’AC Lusti, au CS Wépionais puis à l’AR Namur. Le prestigieux centre de formation du Standard de Liège finit par le repérer puis le recruter alors qu’il est âgé de seize ans.

Ses performances remarquées lui valent de très vite gagner une place de titulaire dans le club belge et d’être régulièrement sélectionné en Equipe de France Espoirs. Il remportera trois titres avec le Standard : le championnat et la Supercoupe de Belgique en 2009 ainsi que la Coupe de Belgique en 2011. Son talent précoce et sa progression fulgurante braquent le regard des différents recruteurs européens sur lui, d’autant plus qu’il peut se targuer de quelques beaux faits d’armes, comme ce 16 septembre 2009 où il inscrit, à dix-huit ans, le premier but de l’histoire du club liégeois en Ligue des Champions face aux Gunners d’Arsenal.

La dimension prise par le français devient donc rapidement trop grande pour le championnat belge et c’est le FC Porto, pépinière mondialement reconnue de jeunes talents, qui rafle la mise en le faisant signer pour six millions d’euros.

Son adaptation est immédiate et c’est en tant que titulaire du onze des Dragoes qu’Eliaquim devient champion du Portugal pour sa toute première saison. Une performance rééditée l’année suivante avec en prime un honorable parcours en Ligues des Champions qui s’achève en huitièmes de finale. Sa troisième et dernière saison en terre portugaise sera vierge de tout titre malgré les superbes performances à créditer au défenseur français, auteur notamment d’un doublé face à l’Eintracht Francfort, qualifiant les siens pour les huitièmes de finale de la Ligue Europa.

A l’été 2014, l’ambitieux club de Manchester City s’octroie les services d’Eliaquim pour la somme astronomique de 53,8 millions d’euros, de quoi faire de lui le défenseur le plus cher de l’histoire ! Malgré la pression colossale qui repose alors sur ces épaules, le français réalise un premier match d’excellente facture dans un duel au sommet face à Chelsea, à l’issue duquel il sera élu homme du match. Le deuxième match sera quant à lui nettement moins concluant, Eliaquim marquant contre son camp avant de provoquer un penalty. Deux premières performances que tout oppose donc, symbole d’une saison irrégulière où le français peinera à faire l’unanimité autour de lui malgré sa participation à trente et une rencontres toutes compétitions confondues.

La seconde saison sera un peu plus concluante avec trente-cinq matchs disputés et un parcours européen menant le club jusqu’en demi-finale de la Ligue des Champions ; mais une blessure viendra tout de même ternir le bilan de l’exercice en éloignant durablement Eliaquim des terrains.

Pourquoi parier sur Mangala

En ballottage avec Samuel Umtiti pour remplacer Adil Rami en charnière centrale face à l’Islande, Eliaquim pourrait bien bénéficier de temps de jeu d’ici la fin de l’Euro. Sa capacité à faire la différence dans les airs sur coups de pied arrêté pourrait bien inciter les parieurs à miser sur son jeu de tête.

Photo By Clément Bucco-Lechat (Own work) [CC BY-SA 3.0 or GFDL], via Wikimedia Commons