Debrief quarts de finale

Du suspens, de la surprise et beaucoup de buts, voilà les trois principaux ingrédients de ces quarts de finale haut en couleur.

Tout n’a pourtant pas commencé sous les meilleurs auspices puisque Polonais et Portugais nous ont « offert » ce qui ne fut pas loin d’être une purge pour les supporters. Une fois le joli but de leur pépite Renato Sanches marqué, répondant à une non moins jolie reprise de Robert Lewandoski, la rencontre fut très longue jusqu’à la séance de tirs au but. Elle fut alors cruelle pour la Pologne, d’autant plus pour Blaszczykowski, jusque là le meilleur polonais de cet Euro et qui vit Rui Patricio repousser son tir. Une fois de plus sans briller, et avec un Cristiano Ronaldo qui n’est que l’ombre du joueur qu’il est à Madrid, le Portugal file au tour suivant.

Heureusement pour les amoureux du ballon rond, le lendemain fut infiniment plus réjouissant avec l’incroyable qualification des Gallois, si petite nation de football et qui pourtant venait à bout d’un des plus gros outsiders de la compétition, la Belgique et sa constellation de stars. Ce sont pourtant bien ces derniers qui ouvrirent le score sur une frappe bluffante de puissance et de pureté qui finissait en lucarne. Mais les Gallois ont montré qu’ils n’avaient pas que la patte gauche de Bale pour atout, mais aussi beaucoup de cœur et d’envie, à l’image de leur capitaine Williams qui égalisa d’une tête rageuse sur corner. Les Britanniques ne se sont pas arrêtés en si bon chemin et Robson-Kanu mystifia la défense d’un superbe enchainement avant que Vokes ne vienne parachever leur succès probant d’une formidable tête décroisée.

Le Pays de Galles déjoue donc tous les pronostics en venant s’inviter dans le dernier carré de cet Euro. A l’inverse de ces inattendus challengers, on retrouvera également, ceux que tout le monde attendait à ce stade de la compétition, les champions du monde allemands. L’affaire ne fut pourtant pas simple pour la Mannschaft qui dut attendre une rocambolesque séance de tirs au but pour venir à bout des fiers Italiens et mettre un terme à leur très beau parcours.

Des Allemands qui retrouveront nos Bleus en demi-finales, auteurs d’une magnifique démonstration offensive face à l’Islande, tombeur surprise des Anglais au tour précédent. L’Equipe de France qui n’avait alors connu que des succès étriqués dans la compétition, a survolé la première mi-temps et Giroud lancé en profondeur, Pobga sur corner, Payet d’une belle frappe du gauche et Griezmann d’un sublime ballon piqué, ont tué le suspens en quarante-cinq minutes. Une dernière tête de Giroud ponctuera le festival, légèrement entaché par deux buts concédés assez évitables.

Peu importe, La France s’est brillamment qualifiée et aura la très lourde tâche de vaincre l’Allemagne au prochain tour, ce qu’elle n’a pas fait en compétition officielle depuis 1958…