Yohan Cabaye

Son profil

Yohan Cabaye ne rentre résolument pas dans les stéréotypes des puissants milieux box-to-box dont raffole le football moderne, mais est davantage proche des profils à l’ancienne, très à l’aise dans la passe et dotée d’une excellente vision du jeu. Yohan possède également une belle frappe de balle qui s’illustre parfois sur coup-franc.

Son parcours

Repéré par le Losc dès l’âge de 13 ans, il y intègre le centre de formation lillois dans lequel il va progressivement passer toutes les étapes jusqu’à une première titularisation en Ligue 1 lors de la saison 2004-2005. Il intègre alors définitivement le groupe professionnel malgré son jeune âge et contribue à la superbe saison de son club qui termine sur la seconde marche du podium derrière l’intouchable de l’époque, l’Olympique Lyonnais.

Il gagne en temps jeu au cours des saisons suivantes, imposant son influence au sein de l’équipe avec quelques coups d’éclat comme lors de son premier doublé en Ligue 1 le 15 mars 2008 face à Caen. Il devient un maillon indispensable du dispositif lillois en 2009, en formant un indéboulonnable et très performant trio avec Rio Mavuba et Florent Balmont.

Il termine son aventure lilloise de la plus belle des manières en glanant les deux premiers trophées de sa carrière, avec un historique doublé Coupe-Championnat.

Il est transféré durant l’été 2011 vers l’ambitieux club anglais de Newcastle United pour plus de 5 millions d’euros. Après quelques premiers matchs d’adaptation, il ne tarde pas à s’imposer dans l’entrejeu Magpie. Il inscrit son premier but sous ses nouvelles couleurs lors de la 9e journée face à Wigan puis se targue de quelques coups d’éclat remarqués comme ce coup-franc direct face à Manchester United lors d’une probante victoire 3 buts à 0, ou face à Stoke City où il inscrit un doublé et délivre une passe décisive.

Il devient peu à peu une référence Outre-Manche, adulé par les supporters de Newcastle. Au terme de deux saisons de haute voltige, Arsène Wenger tente de récupérer le natif de Tourcoing moyennant un chèque de 15 millions d’euros. Yohan restera pourtant six mois supplémentaires à Newcastle, le temps de donner au club leur première victoire depuis 41 ans sur la pelouse d’Old Trafford.

Il rejoint finalement, au cours de la trêve hivernale 2013-2014, le Paris Saint-Germain pour une somme avoisinant les 25 millions d’euros. Ses débuts sont prometteurs puisqu’il marque dès février en Ligue des Champions face au Bayer Leverkusen. Il remporte quelques mois plus tard son premier trophée avec son nouveau club avec l’obtention de la Coupe de la Ligue aux dépens de l’Olympique Lyonnais.

La saison suivante sera celle qui marquera le premier temps d’arrêt dans la progression jusqu’à là ininterrompue de la carrière de Yohann. Il joue effectivement peu et ne se prive pas de faire part de son malaise dans les médias. La parenthèse parisienne arrive donc à son terme à la fin de la saison 2014-2015, le temps pour lui d’ajouter trois nouveaux trophées à son palmarès après le triplé parisien Championnat – Coupe de la Ligue – Coupe de France.

Il choisit de retourner de l’autre côté de la Manche lors de l’été 2015 en devenant le joueur le plus cher de l’histoire de Crystal Palace pour 13 millions d’euros. Très vite intégré, à l’image de son premier but dès le premier match de la saison, Yohann retrouve son meilleur niveau et contribue même largement à l’incroyable victoire de son club en Coupe d’Angleterre.

Pourquoi parier sur Cabaye

Membre très régulier de l’Equipe de France depuis 2010, Yohan en est déjà à 46 sélections avec les Bleus et est donc à ce titre l’un des joueurs les plus capés du groupe France de cet Euro. Bien qu’il ait perdu sa place de titulaire, son expérience sera certainement mise à contribution par Didier Deschamps, notamment lors du prochain match face à la Suisse

Photo by jsportsblogger.wordpress.com