Le stade de Bollaert-Delelis à Lens

Construit entre 1932 et 1933, le mythique stade des Sang-et-Or doit son nom à Félix Bollaert ancien directeur commercial de la Société minière de Lens. Un hommage pour l’homme qui instigua l’édification de l’enceinte par des mineurs qui s’étaient retrouvé au chômage. Arborant à ses débuts une structure ovale, il adopte désormais un style carré « à l’anglaise », et ce depuis 1976.

Depuis septembre 2012, le nom complet du stade est Bollaert-Delelis, pour honorer cette fois-ci André Delelis, maire de Lens de 1966 à 1998 et fervent supporter du club nordique.
Avec l’Euro 2016, le stade n’en est pas à sa première compétition internationale puisqu’il a déjà accueilli l’édition de 1984, la Coupe du Monde de 1998 et la Coupe du Monde de rugby 2007.
Il marqua d’ailleurs l’épopée tricolore de 1998 puisque s’est déroulé entre ces murs le huitième de finale face au Paraguay. Le but libérateur de Laurent Blanc sur une remise de la tête de David Trezeguet, durant les prolongations, restera d’ailleurs comme le premier « But en or » de toute l’histoire de la Coupe du Monde.

Symbole d’une importante ville de foot, dont les habitants tiennent tout entier dans les quatre tribunes (on compte environ 36 000 Lensois), le stade Bollaert-Delelis proposera à ses spectateurs quatre rencontres au cours de ce Championnat d’Europe. Un huitième de finale qui reste à définir ainsi que trois matchs de la phase de groupes :

  • Albanie / Suisse : la confrontation a eu lieu le 11 Juin et s’est achevée par une victoire des Suisses sur le score de 1 but à 0.
  • Angleterre – Pays de Galles le 16/06 : le duel promet d’être explosif entre deux « frères ennemis » de l’île de Grande-Bretagne. La pression risque d’être à son maximum dans l’enceinte lensoise entre ces formations qui luttent coude à coude pour la qualification en huitième de finale et à plus forte raison, pour la première place, synonyme de tirage a priori plus clément au tour suivant. Si les Gallois ont parfaitement réussi leur entrée dans le tournoi grâce notamment à un petit bijou de coup-franc signé Gareth Bale, les Anglais ont vu les Russes égaliser dans les derniers instants du match et ce, malgré une nette domination des Three Lions. La plupart des joueurs anglais et gallois ont l’habitude de se croiser sur les pelouses de Premier League, voire même dans les vestiaires, à l’instar de Joe Allen et James Milner, coéquipiers à Liverpool. Tous les ingrédients semblaient déjà là pour un sommet endiablé dans ce groupe, mais les déclarations de Gareth Bale dans la presse, remettant en cause la fibre patriotique des joueurs anglais, a achevé de placer cette rencontre sous haute tension.
  • République Tchèque – Turquie le 21/06 : Les deux formations ont en commun d’avoir chuté lors du premier match et donc de ne plus avoir droit à l’erreur par la suite, dans un groupe où il semble très difficile de terminer dans les deux premières places, trustées par le champion en titre, l’Espagne, et la très talentueuse Croatie. Tchèques et Turcs essayeront donc vraisemblablement, lors de cette troisième et dernière journée, d’acquérir les points suffisants pour faire d’eux un troisième susceptible d’accéder aux huitièmes de finale. Un âpre duel en perspective dans le stade Bollaert-Delelis.

Photo By Liondartois (Own work) [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons